Blog Newsletter Nous contacter
Partager

Pourquoi ce spot ?

Que d'émerveillement, du tout petit que l'on est face à ces montagnes imposantes (et le temps capricieux de Patagonie !)

Ayant déjà fait le circuit W aux Torres del Paine côté chilien, je rêvais d’aller du coté argentin pour découvrir El Calafate, mais surtout El Chaltén : mon objectif principal était de pouvoir faire les treks emblématiques du Fitz Roy, et celui qui m’a le plus impressionnée fut celui de la Laguna de los Tres.

Ce trek prend presque une journée entière, mais il offre des vues que l’on n’oublie pas facilement ! J’ai également été surprise par la Laguna Capri, les restes de glaciers qui flottent sur la lagune du Cerro Torre et la vue panoramique du trek Lomo del Pliegue Tumbado.

AdobeStock_267698899

Mon itinéraire

Mon programme jour par jour

Je suis donc partie en bus de ligne de Calafate à Chaltén (compter 3 heures environ). Ce petit village est souvent nommé la « Mecque de l’alpinisme », et pour cause ! Tout ce qui entoure El Chaltén, ce sont des montagnes et deux rivières, dont l’une se jette dans le lac Viedma depuis le Lago del Desierto, à 37 km d’El Chaltén. Je souhaitais alors commencer par le trek le plus connu : la Laguna de los Tres, qui te laisse aux pieds de l’imposant Fitz Roy.

J’avais entendu qu’il y avait deux chemins pour commencer cette randonnée : j’ai choisi celui qui part de l’Hosteria El Pilar (et pas du village), et cette option en vaut la peine, surtout parce que, en chemin, on peut apprécier le point de vue du glacier suspendu de Piedras Blancas. Un très bel endroit où il faut prendre quelques minutes pour le contempler, et sur le chemin du retour, on peut passer par la lagune de Capri, un autre paysage magnifique.

J’ai donc commencé la randonnée à 09 :00, dans une zone pleine de végétation, un terrain facile à parcourir, sans trop d’élévation. Au début, j’étais seule : il n’y avait que la forêt et moi. En continuant le chemin, je me suis rapidement émerveillée par le glacier Piedras Blancas et les couleurs générées par le géant de glace avec les montagnes. Sur le chemin de la lagune, j’ai traversé des paysages très différents, mais qui avaient tous quelque chose en commun : ils semblent sortis d’un tableau !

Après 4 heures de marche, je suis alors arrivée au campement de Poincenot, en pensant que j’étais déjà plus proche de la Laguna De Los Tres (une erreur 😊). Petite note : c’est à cet endroit que ceux qui ont commencé la randonnée depuis le village et ceux qui sont partis de l’Hosteria Pilar (comme moi) rejoignent le même sentier. Poincenot est une sorte de camping, mais sans services (seulement un toilette). Il est assez courant que les randonneurs y passent la nuit.

Quelques temps plus tard, la dernière partie de la randonnée, la plus compliquée, approche. Elle fait environ 1 km, et le panneau d’information avant le début de la promenade indique qu’il faut environ 1 heure pour la parcourir, mais ce n’est pas exactement vrai 😊. C’est un chemin escarpé, il y a beaucoup de pierres et il faut être honnête : c’est difficile (ca m’a beaucoup rappelé le trek a la Base Torres au Chili). Mais quand il n’y a plus d’arbres et que l’on commence à voir les tours de plus près, nos forces resurgissent de nulle part et on grimpe comme un champion ! En plus de cela, un grand vent est apparu à ce moment-là et cela ressemblait à la fin épique d’un film ! Et oui, n’oublions pas que la Patagonie, c’est les quatre saisons en une journée… Arrivée à la lagune, je me suis assise sur un rocher, j’ai plongé mes pieds fatigués dans l’eau glacée (et retirés rapidement 😊), et là, il est impossible de ne pas être émue par un tel panorama.

 

Pour le deuxième jour et pour me « reposer » de la veille, j’ai décidé d’aller découvrir la Lagune Capri : ce sont seulement 4 km mais qui en valent la peine ! La lagune Capri est une lagune d’eau bleue entourée de forêt indigène, et avec une vue fantastique sur le massif du Fitz Roy. Mon conseil : y aller le matin pour ne pas perdre le reflet des pics du Fitz Roy qui se reflètent dans l’eau, c’est magique !

 

Après une autre journée à m’émerveiller, je choisis mon trek du lendemain : ce serait celui de la Laguna Torre. C’est l’une des randonnées classiques d’El Chaltén, de difficulté modérée qui mène à la chaîne Adela et à l’incroyable Cerro Torre. C’est là que se trouve le camp de base de De Agostini. Même si je n’ai pas ressenti autant de « papillons » dans le ventre que pour celui de Laguna de los Tres, l’arrivée au Mirador est impressionnante. On assiste vraiment à un paysage de montagne capricieux, et on se rend compte que l’on est dans l’une des montagnes les plus mythiques de la Patagonie : le Cerro Torre.

 

Pour mon dernier jour à Chaltén, je me suis décidée pour le trek du Lomo del Pliegue Tumbado. S’il n’est pas le plus connu, il offre une vue panoramique sur tous les paysages, et j’ai donc pensé que ce serait une bonne façon de dire au revoir à El Chaltén 😊. En revanche, je n’étais pas préparée au vent (et pourtant je connaissais déjà la Patagonie !) : dès le début, on traverse la plaine de la Pampa las Carretas, d’où on peut voir le Cerro Huemul. Ensuite, les arbres commencent à apparaître et nous accompagnent jusqu’à 1000 mètres environ, altitude à laquelle le paysage change complètement ! En chemin, il est même possible de voir les restes de fossiles marins, datant de millions d’années. Sur la fin, je sens la fatigue arriver, mais je sais aussi que le bout n’est pas loin ! Et là : waouh ! Une vue à 360 ° s’offre à moi, résumant parfaitement tous ces paysages que j’avais vu les jours précédents.

Faune et Flore

AdobeStock_533792686

Surprenante, abondante et extrêmement variée

Les oiseaux sont sans doute les principaux protagonistes, puisqu’on y trouve plus de 100 espèces, dont certaines peuvent migrer vers d’autres continents. Le condor des Andes est peut-être l’espèce la plus représentative de la région, mais l’espèce la plus frappante et que l’on voit beaucoup en chemin est le pic de Magellan. Sur le chemin du retour, j’en ai vu (ou plutôt entendu !) beaucoup, avec leur écho inimitable lorsqu’ils picorent l’écorce des arbres. Au début, il m’ont même fait sursauter !

Mes tips

Je recommande vivement ce que plusieurs personnes m’avaient dit de faire : téléchargez MAPS.ME. Ce sont des cartes très utiles pour les treks (même si tous les sentiers sont extrêmement bien balisés). Une fois téléchargée l’application sur iphone ou android, on peut télécharger les cartes de l’Argentine mais aussi des glaciers et utiliser le tout hors ligne.

AdobeStock_79741825

Mon équipement

AdobeStock_96831214

Les indispensables à mettre dans sa valise

  • Sac à dos de 30L avec couche imperméable.
  • Trousse de premiers secours.
  • Polaire et Goretex si possible.
  • Un coupe-vent.
  • Un chapeau.
  • Chaussures de trekking hautes.
  • Bâtons de randonnée.
  • Une gourde ou un Camelback avec des comprimés de purification d’eau.
  • Lunettes de soleil
  • Crème solaire
  • GPS
"Voyager vous laisse sans voix et vous transforme ensuite en conteur". Ibn Battuta

L'agence locale

Altaï Patagonia

Implantée en Patagonie, notre agence locale est spécialiste des voyages outdoor sur-mesure en Patagonie. Entre Chili et Argentine, nos équipes sillonnent les pays pour dénicher à nos voyageurs les plus beaux spots.
Voir le site d'Altaï Patagonia →
Altaï Patagonia

Pas de commentaire

Connectez vous pour ajouter un commentaire et interagir avec les autres Altai travellers