Partager

Pourquoi ce spot ?

Mon humeur : Paradisiaque

Suite à une ascension en ski de randonnée interrompue par le mauvais temps, une nouvelle tentative s’imposait. L’occasion s’est présentée en début d’été, la saison idéale pour le Grand Paradis !

23-DSC00105

Mon itinéraire

Mon programme jour par jour

Nous voici donc partis pour un périple de trois jours en Italie. Après un rassemblement à Chamonix et une organisation co-voiturage au cordeau, nous prenons la direction du tunnel du Mont-Blanc vers le Valsavarenche et le village de Pont. Les sacs à dos chargés et après le pic-nic, nous entamons la montée au refuge Chabod, écrasés par la chaleur inhabituelle de cette fin juin. La forêt d’éclaircit peu à peu et laisse place à l’étage alpin. Quelques traversées de moraines et de torrents plus tard, nous voici en vue de l’objectif du jour, niché au pied de la langue terminale du glacier à 2710m d’altitude.

Le sommet est là, quelques 1300m au dessus de nos têtes. La terrasse ensoleillée est le spot idéal pour nos reposer, une bière italienne à la main, pour notre ascension du lendemain.

Le lendemain, au petit matin et non sans avoir pris le temps de petit-déjeuner, il est l’heure de s’équiper pour se lancer à l’assaut du sommet. Quelques minutes de marche à la frontale sur la moraine suffiront à rejoindre le glacier. Les choses sérieuses commencent : sous le regard attentif de notre guide, nous chaussons les crampons, nous encordons, détachons le piolet du sac. Gants et bonnets sont aussi de sortie : enfin un peu de fraîcheur !

Les premières lumières colorent le ciel et font ressortir au loin les sommet du massif du Mont Blanc et, plus proches, ceux du massif voisin de la Vanoise.

S’en suit une longue remontée du glacier, parfois raide et crevassé avant de nous rapprocher du bec de Moncorvé : le sommet n’est plus très loin. 3800, puis 3900m, l’altimètre nous confirme que nous approchons. Nous remontons maintenant la dernière pente glaciaire nous donnant accès aux quelques rochers qui gardent l’accès au sommet.  Après quelques pas d’escalade faciles, nous y voilà : le sommet du Grand Paradis (4061m).  Le point de vue est magnifique : tous les grands sommets sont là : Cervin, Mont Rose, Grand Combin, Grandes Jorasses, Mont Blanc …

Le Grand Paradis est à la hauteur de sa réputation, ce qui n’a d’ailleurs pas échappé aux autre alpinistes qui commencent à arriver derrière nous : c’est l’heure de la redescente !

Cette fois-ci, nous irons nous reposer au refuge Victor Emmanuel, l’autre « camp de base » du massif. Le lendemain, nous profiterons du beau temps stable pour un aller-retour au sommet du sommet satellite de la Tresenta (3609m) pour un dernier bol d’air frais avant de revenir dans la vallée surchauffée. Le retour à Chamonix conclura notre week-end montagnard rafraîchissant !

 

 

Mes coups de coeur

13-DSC00068

Savoureux, magnifique, confortable

  • Le confort et la convivialité des refuges italiens :  Douches, petits dortoirs, nourriture = un vrai luxe en pleine montagne !
  • Une ascension variée et faisable facilement en traversée
  • la mythique altitude des 4000 accessible
  • La faune du parc national du Grand Paradis
Mes tips

Le Grand Paradis est un premier « 4000 » idéal et une parfaite course d’initiation pour tout randonneur alpin en bonne forme physique est qui souhaite accéder, avec l’encadrement d’un guide, au domaine de la haute-montagne.

La début de saison (juin-juillet) offre les meilleures conditions (neige encore bien présente, crevasses fermées)

30-DSC00134

L'agence locale

Altaï Alpes

Implantée à Chamonix, notre agence locale est spécialisée dans les treks et ascensions dans les Alpes françaises.
Voir le site de l'agence locale
Altaï Alpes

Pas de commentaire

Connectez vous pour ajouter un commentaire et interagir avec les autres Altai travellers

Je rejoins la communauté des #Altaitravellers