Partager

Pourquoi ce spot ?

Mon humeur : Reconnaissante, nostalgique, chanceuse

La région des Pouilles, en Italie, je la connais depuis ma plus tendre enfance. Mes deux parents y sont nés et y ont passé les 30 premières années de leur vie. Comme beaucoup d’Italiens et notamment sud Italiens, ils ont quitté leur pays pour rejoindre la France, où ils s’y sont installés pour trouver du travail. Car à l’époque, difficile d’entrevoir un avenir économique prospère dans cette région peu industrialisée.

Mais à chaque vacance scolaire, pendant presque 20 ans, pas question de discuter de la destination. Faites vos valises les enfants, direction la Puglia, voir la famiglia ! Je garde des souvenirs magnifiques de toutes ces vacances passées au bord de la mer, avec ma famille, à faire des repas gargantuesques, des parties de carte, la passegiata le soir.

Adulte à mon tour, je décide de faire la migration inverse, en retournant dans les terres de mes ancêtres avec pour objectif de faire découvrir cette région que j’aime tant et à laquelle je suis particulièrement attachée. Est-ce d’ailleurs pour ça que j’ai choisi ce métier de créatrice de voyage? Rien n’est moins sûr…

Chaque année, en début de saison, mes collègues et moi  refaisons chaque itinéraire que nous proposons à nos voyageurs afin d’effectuer les révisions nécessaires, par exemple si des sentiers ont été fermés, ou sont devenus impraticables, nous vous en trouvons d’autres !

Dans le cas des Pouilles, et plus particulièrement du parc national du Gargano au Nord de la région, la randonnée est un sport nouveau. Les sentiers ne sont pas toujours entretenus, le balisage est à revoir chaque année. Qu’à cela ne tienne, vous pouvez compter sur nous !

Enfilez donc vos chaussures de rando, prenez un maillot de bain dans votre sac, et en route pour les Pouilles !

Jour 6 - Aurore

Mon itinéraire

Mon programme jour par jour

En arrivant à Bari, Davide m’attend, tout sourire, heureux de me revoir. « Tu es venue pour combien de temps cette fois Aurore ?  Tu vas finir par t’installer ici ! »

Notre transporteur local se fait toujours une joie de me revoir et je sais la fierté qu’il ressent de faire lui aussi découvrir sa région aux voyageurs curieux. Dans les générations précédentes, personne n’aurait misé sur la valorisation du tourisme dans cette région ! A tort, vous verrez.

Avant de prendre la route pour le Gargano, à environ 2h30 de route de Bari, nous faisons un stop à Alberobello, célèbre pour ses trulli, petites constructions aux toits coniques, qui servaient d’habitat temporaire ou permanent aux paysans et ouvriers agricoles. Le processus de transformation et de réhabilitation en respectant l’originalité du bâtiment a permis à Alberobello d’être classé au patrimoine mondial de l’Humanité. On les appelle aussi les maisons des Schtroumpfs. Je profite de ma visite pour saluer Francesco, notre guide local, qui vous fera découvrir sa ville toujours avec humour et en vous racontant des anecdotes croustillantes… On va déjeuner dans un restaurant où j’amène tous mes voyageurs, parce que sa recette des « orechiette alle cime di rape », plat de pâtes typique de la région, est la meilleure de la ville. Le ventre plein et une sieste plus tard (de 2h tout de même, il n’en faut pas moins pour digérer le repas), me voici arrivée à Vieste. Je salue Davide, qui me donne en partant un petit sac. A l’intérieur, une tarte aux amandes faite par sa femme. « Elle est de ce matin ! ».

Le village de Vieste est la porte d’entrée du parc national du Gargano, et aussi un de ses plus beaux villages, dont le centre historique est fait de ces dédales de ruelles pavées où l’on aime flâner et se perdre. Je vais saluer tous mes partenaires locaux, hébergeurs, cuisiniers, agriculteurs, producteur de l’or jaune, l’huile d’olive, qui m’accueillent toujours avec un enthousiasme communicatif, et tous me proposent de grignoter quelque chose pour me souhaiter la bienvenue ! J’essaie de rester raisonnable car je sais que Michele m’a préparé le meilleur risotto aux fruits de mer de la ville, dans son restaurant situé en plein cœur du centre historique, où, vous l’aurez deviné, j’emmène mes voyageurs…

Le lendemain, je quitte Vieste avec un pincement au cœur mais me réjouis de refouler les sentiers du parc national du Gargano, entre douces collines, maquis méditerranéen, forêt protégée, sentier côtier, criques secrètes et paradisiaques… J’ai bien fait de venir car par endroits, la végétation a repris ses droits. J’effectue les corrections nécessaires et découvre à l’occasion un sentier qui permet d’avoir une vue magnifique sur la côte apulienne, faite de falaises calcaires et de criques cachées… Magnifique ! Après 4h de marche et des paysages doux et vallonnés, je pose mes affaires pour la nuit dans une ferme que j’aime particulièrement, gérée par Pietro et ses parents, passionnés par leur terroir. Leur « masseria », ferme typique des Pouilles, est un véritable havre de paix, d’un autre temps et d’une autre époque. Pietro me montre ses nouvelles installations, dont la transformation de certaines étables en chambres confortables. L’authenticité du lieu, la sensation de se retrouver à une autre époque, et le calme qui règne dans cet endroit émerveille chacun de mes voyageurs. C’est le gros coup de cœur du voyage.

Je suis entourée par toutes ses bêtes : des vaches de race podolica, dont le lait sert à faire le fameux fromage caccio cavalo podolico, des cochons en liberté, des oies, des canards, des chiens, des chats… Pietro m’avait expliqué, lors de ma première visite il y a 6 ans, que chaque espèce présente dans sa ferme a une utilité : Les vaches font du fromage, les cochons donnent de la viande, les poules donnent des œufs, les chiens gardent les bêtes, les chats chassent les indésirables…

Francesca, la maman et la cuisinière, m’accueille avec son grand sourire et ses multiples embrassades. C’est toujours avec impatience que j’attends le diner, uniquement constitué de produits de la ferme. Une excellence et une générosité qui à elles seules mérite une visite dans cet endroit merveilleux ! Le papa, plus discret et travailleur passionné, s’occupe de ses bêtes avec beaucoup d’attention et de savoirs faires.

Le lendemain, je continue mon travail de repérage et traverse la « foresta Umbra », poumon vert du Gargano. Le sentier qu’on empruntait l’année dernière n’est plus visible. Le territoire étant mal cartographié, je demande aux gardes forestiers que je croise s’il existe un autre sentier par  lequel me rendre à Mattinata. Ils tiennent à m’expliquer que l’ancien sentier a été fermé et que celui ouvert récemment permet d’éviter la portion de route qu’on devait obligatoirement prendre les années précédentes. Ravie de cette nouveauté, je salue les gardes et poursuit mon chemin, en restant très attentive aux explications qui viennent de m’être données, car elles étaient nombreuses et le sentier n’est pas toujours très visible. Mais au final, beaucoup plus agréable que l’ancien. Après une journée de marche bien remplie, j’arrive à Mattinata. Là, c’est Gino et Maria qui m’accueillent, dans leur petit paradis, un charmant BnB en bord de mer, dans un grand jardin d’agrume et d’oliviers. Je file prendre un bon bain de mer, en attendant le repas de roi de poisson que m’a préparé Carlo, le cousin de Gino. Les deux jours suivant sont consacrés à des randonnées côtières, qui offrent des vues époustouflantes sur la côte, sur le bleu de la mer et du ciel, le blanc des falaises et du sable, le vert argenté des oliviers et le vert généreux de la végétation du maquis. Je ne crois pas grand monde à part des animaux et des bergers. Une déconnexion totale !

Les jours suivants, j’explore, sur les conseils de Gino (qui est un acteur majeur de la promotion de son territoire), les nouveaux sentiers ouverts en fin d’année dernière. C’est avec beaucoup de plaisir que je découvre que les locaux décident d’investir dans l’aménagement de leur territoire pour le faire découvrir, sans toutefois dénaturer leur environnement.

Le dernier jour, Davide vient me chercher pour me ramener à Bari. Pendant le trajet, on discute de mes nouvelles trouvailles, et je l’invite à rejoindre le prochain groupe que j’accompagnerai afin qu’il puisse lui aussi découvrir les beautés insoupçonnées du Gargano. Mais certains locaux semblent se sentir mieux dans leur costume et dans leur véhicule, que dans des chaussures de randonnée sur les sentiers escarpés J

De retour au bureau, je m’empresse de retranscrire toutes les découvertes et modifications pour préparer la nouvelle saison, qui s’annonce dense. J’ai hâte de vous faire découvrir ma région !

Mes activités

Jour 5 - Aurore

Randonnée

C’est via ses sentiers que l’on pourra être capable de comprendre l’âme rurale de la région. Le sud des Pouilles est fait de villes magnifiques, d’architectures riches d’une histoire mouvementée, de la superposition visible de différentes époques.

Mais arpenter le parc national du Gargano permet quant à lui de s’immerger dans une culture agricole, usant encore de techniques traditionnelles, dans le plus grand respect des terres et des bêtes. Rencontrer les éleveurs, des agriculteurs et dormir dans leurs fermes est une expérience que je conseillerai à chaque voyageur, et c’est en marchant que cette immersion sera possible, car encore beaucoup d’endroits sont difficilement accessibles autrement qu’à pieds. Et bien sûr, les paysages variés du parc, des criques sauvages aux forêts épaisses, sont une invitation supplémentaire à découvrir une Italie encore méconnue des touristes !

Padre Pio iles Tremiti

Snorkeling

C’est dans les Pouilles que j’ai commencé un sport qui est devenu aujourd’hui une passion : la plongée sous marine. Au large des îles Tremiti, qui au passage ont été convoitées par le Colonel Khadafi, la mer cristalline grâce notamment à l’instauration d’une réserve marine naturelle et donc protégée, est un lieu où la faune sous-marine a élu refuge. Pour tous nos voyageurs qui optent pour un circuit liberté, je conseille d’apporter un masque de plongée, car le snorkeling vous permettra de vous rendre compte de la richesse extrême de ces eaux poissonneuses.

Autre fait intéressant, la statue immergée de Padre Pio, un saint mondialement connu, né à San Giovanni Rotondo, dans le Gargano. Chacun s’en fera son avis !

Faune et Flore

vache cochon copain

En liberté, Curieuse, joueuse

Amis des animaux, vous êtes ici chez vous !! Tous les animaux de la ferme sans exception seront présents tout au long de votre voyage, des vaches aux cochons en passant par les brebis et les chèvres, des chiens aux chats en passant par les oies et les canards.

Mes tips

Un des conseils que je donnerais à chaque voyageur souhaitant découvrir les Pouilles : Faites une diète avant d’entreprendre votre voyage, car vous ne pourrez résister ni à la générosité et à la richesse de la cuisine locale (non en Italie on ne mange pas que des pâtes…), ni à l’enthousiasme et à la gentillesse des personnes qui vous accueilleront et qui se feront un point d’honneur à vous faire découvrir toutes leurs spécialités… et plutôt deux fois qu’une !

Mozzarella
"Mangia mangia, chi sa chi ti mangiera !" (Manges, manges, qui sait qui va te manger !) ou la variante "Mangia mangia, prima che la vita ti mangia!" (Manges, Manges, avant que la vie ne te mange!) Expressions maintes fois entendues et répétées depuis ma plus tendre enfance :)

Qui m'aime me suive !

@altai_italia

L'agence locale

Altaï Italia

Pagayer sur le lac de Côme, pédaler à travers les vignes de Toscane, randonnez entre les villages colorés des Cinque Terre ou sur la côte amalfitaine... originaire des Pouilles dans le Sud de l'Italie, notre experte locale Aurore vous concocte des voyages d'aventures pour explorer les régions de son magnifique pays !
Découvrir le site Altaï Italia
Altaï Italia

Pas de commentaire

Connectez vous pour ajouter un commentaire et interagir avec les autres Altai travellers

Je rejoins la communauté des #Altaitravellers