Partager

Pourquoi ce spot ?

Mon humeur: déconnecté

Finlande. C’est le début de l’hiver. La neige est douce et silencieuse. Elle tient déjà sereinement sur les pins et les épicéas de la forêt Boréale. Chaque matin, Le parc d’Hossa se réveille sous ce manteau blanc et appelle, appelle les visiteurs à venir le découvrir.

Ce même matin j’ai deux jours devant moi. Et il faut les utiliser pour partir « ouvrir » les pistes de traîneaux à travers le parc afin de s’assurer de l’état du parcours et du confort des cabanes.

Je saisis mon équipement grand froid, ma nourriture, et me rends au chenil afin de préparer l’attelage et le traîneau pour cette expédition.

WhatsApp Image 2019-01-10 at 19.00.28

Mon itinéraire

Mon programme jour par jour

Partant de l’auberge du Camp Norwide je prends la route enneigée sur quelques kilomètres pour me rendre au chenil et dire bonjour à nos chiens. Ils sont au nombre de 206. Nous avons eu une nouvelle portée récemment et les plus jeunes sont tout excités à l’idée de découvrir leur premier hiver.

Après avoir discuté du choix des chiens pour l’attelage avec Léo, le responsable des activités, nous sortons le traineau pour le préparer au raid de deux jours.

Et c’est là que la frénésie commence.

Les chiens savent bien ce que c’est qu’un traineau. Et ils savent bien que lorsqu’un traineau est sorti, des chiens vont sortir avec lui pour une ballade. Et ils sont tous plus que friands des ballades.

Les voilà donc qui se mettent tous, en même temps, à aboyer pour attirer l’attention et être choisi pour aller courir. Ils en raffolent. Cela fait donc 206 chiens aboyant après un seul traineau. Un sacré raffut.

Le choix est porté sur Kiwi en tête (la plus maline), Jord (son éternelle amie) , et Panu et Douchka derrière pour la puissance du départ.

Et lorsque tout le monde est attelé, il est temps de partir, et de se mettre en route vers les forêts enneigées et les lacs gelés.

Soudain, c’est comme si le temps s’arrêtait. Une seconde plus tôt, 206 chiens aboyaient dans tous les sens pour profiter de la balade. Et la seconde d’après, ils se taisent, comprenant que pour eux, la sortie sera pour la prochaine fois, tandis que les 4 chiennes élues se mettent à courir, la langue pendante et le sourire aux babines.

Ne reste plus alors que le bruit des patins glissant sur la neige, comme un léger murmure soufflé à travers la poudreuse blanche faisant : « Shhhhh…. Shhhhhhh… »

Pendant deux jours Kiwi, Jord, Panu, Douchka. et moi traversons l’immensité des lacs gelés du parc National, ses blanches forêts et son silence mystérieux. Nous y croisons des rennes, retrouvons des traces d’élan, parfois d’ours ou de renard. Les oiseaux sont absents, ils ont migré vers le Sud et la forêt est silencieuse. Seul reste le bruit des pas dans la neige, et la respiration haletante de nos athlètes canins. Les couleurs sont magnifiques. Jamais ciel si rose, devenant  si orange puis si jaune si rapidement. Jamais forêt si bleu puis si violette. Et au sein de ce tableau, la cabane de trappeur.

La cabane est prête. Chaude et confortable. Son poêle à bois traditionnel remplit l’atmosphère douce de la gaieté du feu. Le sauna à bois aussi, à côté, détend pour sa part tous les muscles ayant soufferts pendant la journée, avant d’aller les revigorer en se jeter dans l’eau gelée du lac à travers son trou dans la glace devant la cabane. Tradition finlandaise oblige. Pas d’eau courante, pas d’électricité. Juste le souffle de la hache fendant le bois pour alimenter le poêle et le contact des chiens lors des câlins et des repas permettant de se rappeler comment jadis vivaient encore les trappeurs de ses régions polaires en Laponie.

Les arbres, la neige, les chiens, la faune, la flore, le calme et la tranquillité de la reconnexion avec la nature. Rien d’autre. Ah, si peut être. Une certaine paix intérieure retrouvée. Un certain lien avec le sublime originel.

Et le lendemain le retour, revigoré et serein. Les chemins et les cabanes assurés pour que tout le monde puisse en profiter pendant l’hiver. Pendant l’hiver en Finlande. Pendant l’hiver à Hossa.

Mon équipement

A2F

Les indispensables à mettre dans sa valise

L’hiver finlandais, à la fois féérique et rude (parfois -30°), est le meilleur moment de l’année pour profiter de contrées enneigées immaculées. Entre aurores boréales, pistes de neige fraîche et rencontre avec l’environnement du père Noël, voici quelques incontournables à ne pas manquer de mettre dans sa valise pour être fin prêt face à l’hiver finlandais.

  • Le froid est sec mais omniprésent. Aussi, privilégiez les sous-vêtements techniques tels que les collants, les sous-pulls, sous-gants ou les caleçons en mérinos – des vêtements près du corps, qui tiennent chaud mais laissent aussi respirer la peau. N’oubliez pas vos chaussettes de ski pour garder vos pieds au chaud lors des raids dans la nature glacée.
  • il est conseillé de venir avec vos affaires de neige habituelles. C’est-à-dire un bon manteau imperméable, un pantalon (ou une combinaison de ski), des polaires, un tour de cou, un bonnet, une écharpe et de bons gants. Ces accessoires sont le début d’une liste non exhaustive pour pratiquer les activités hivernales sans craindre le froid finlandais (de plus, ainsi équipés, vous pourrez adapter vos tenues à la température – on sent une différence entre -20° et -30°).
  • Même si la nuit est quasi permanente, le soleil peut taper fort en journée. Lunettes de soleil et crème solaire deviennent alors quasi obligatoires pour éviter le teint homard !
  • Très prisés l’hiver, les saunas finlandais sont accessibles tout le long de votre séjour. Pensez alors à emmener votre maillot de bain, sauf si en bon puriste du folklore finlandais, vous préfériez y aller en tenue d’Eve et d’Adam.
  • Et pour vos moments détente à l’hôtel, préférez des tenues décontractées et confortables pour vous relaxer au coin d’un bon feu de bois.

Bien sur, un équipement « grand froid » est prêté à la semaine à votre arrivée sur la base (à savoir des bottes, un manteau, des sur-moufles et une cagoule résistants à des températures extrêmes)

Il y a une patience dans la vie sauvage — obstinée, inlassable, pendant d'interminables heures, l'araignée dans sa toile, le serpent dans ses anneaux, la panthère en embuscade ; cette patience est tout particulièrement celle de la vie quand elle chasse la nourriture qui la fait vivre. - Jack London

Qui m'aime me suive !

@norwidefinland

L'agence locale

Altaï Finland

Au cœur du parc national de Hossa, en pleine Laponie finlandaise, les 200 chiens de notre chenil n'attendent que vous : venez vivre des aventures nordiques au pays du père Noël, entre balades en raquettes, chiens de traîneaux, ski de fond et motoneige ; avant de profiter du confort de notre ecolodge et de la chaleur de notre sauna :)
Découvrez la Finlande
Altaï Finland

Pas de commentaire

Connectez vous pour ajouter un commentaire et interagir avec les autres Altai travellers

Je rejoins la communauté des #Altaitravellers